L’Imam Ad-Dhahabî l’a décrit comme étant « l’imam, le grand savant, le précurseur des oussoûliyîne, le Qâdhi Abou Bakr Ben At-Tayyib Ben Mouhammed Ben Dja’far Ibnoul Qassim Al Basri puis Al Baghdâdî, Ibnoul Bâqlânî, l’auteur de At-Tasânnif, qui s’est distingué par sa compréhension et son intelligence »

Al Qâdhi 3iyadh dit dans At-Tabaqât Al Mâlikiyyah qu’ « il a été surnommé comme étant le sabre de la Sounnah et la langue de la Oummah »

Il faisait parti des plus intelligents savants de son époque et avait de grandes assises dans la mosquée à Basora. Et ALLAH l’a doté d’un esprit hors norme avec lequel il défendit la législation purifiée. (As-Siyar de Ad-Dhahabi 17/190-192)

Parmi les meilleur récits à son sujet, son histoire avec le roi chrétien qui voulait à tout prix le voir s’incliner devant lui. ALLAH a secouru cet imam et a humilié ce roi mécréant et ceux qui étaient avec lui.
Sheikh Al-Islam a dit : « …comme ce récit connu de Al Qâdhi Abi Bakr Ibnoul Tayyîb lorsqu’il fut envoyé à Constantinople auprès du roi des chrétiens. Ces derniers vénéraient leur roi et connaissaient la valeur de Al Baqlânî. Ils craignaient qu’il ne se prosterne pas devant leur roi lorsqu’il entrerait alors ils l’ont fait entrer par une petite porte afin qu’il soit obligé de s’incliner pour passer. S’apercevant de leur ruse, il entra à reculons, faisant dos au roi. Il fit exactement l’opposé de ce qu’ils avaient planifié. Puis lorsqu’il s’est assis, certains prirent la parole voulant dénigrer les musulmans et demandèrent : Qu’a-t-il était dit au sujet de Aicha l’épouse de votre Prophète ? Voulant par la dévoiler la calomnie (à l’encontre de Aicha ) proférées par certain, dont les Rawâfidh. Il répondit : deux personnes ont été diffamé et accusé de fornication injustement et à tort ; Myriam et Aicha. Myriam est venue enceinte d’un enfant alors qu’elle n’avait pas de mari ; quant à Aicha, elle n’a eut aucun enfant alors qu’elle avait un mari.

(Minhajous-sounnati Nabawiyyahde Ibn Taymiyyah 2/56)

Il demanda à un moine : Comment va votre épouse et vos enfants ? Le Roi s’interposa et dit : cesse-dont ! Ne sais-tu pas que les moines ont renoncé à tout cela (se marier et avoir des enfants) ? El Balqânî répondit : vous exemptez vos moines d’avoir une compagne et des enfants alors que vous n’exemptez pas de cela Le Seigneur des mondes !

(As-Siyar de Ad-Dhahabi 17/190-192)

Nous demandons à Allah, glorifié et exalté, de lui pardonner et de le récompenser de la meilleure manière.