Omar ibn Abdul Aziz se mit à pleurer un jour, alors qu’il n’était qu’un petit enfant. Sa mère envoya lui demander ce qui le faisait pleurer. Il répondit :

« Je me suis souvenu de la mort ».

Au moment de cette scène, il mémorisait déjà entièrement le Qu’an. Sa mère pleura lorsqu’elle apprit cela.

 

[Al Iyale, 1/475]