D’après Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée),

le Prophète (sala Allahu ‘alayhi wa salem) a imposé l’aumône de la rupture du jeûne un sa’ de dattes, ou un sa’ d’orge pour le serviteur et l’homme libre, pour les hommes et les femmes, pour les vieux et les jeunes parmi les musulmans. et il a ordonné qu’elle soit donnée avant la sortie des gens pour la prière.
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°1503 et Mouslim dans son Sahih n°984)


عن عبد الله ابن عمر رضي الله عنهما قال :
فرض رسول الله صلى الله عليه وسلم زكاة الفطر صاعا من تمر أو صاعا من شعير على العبد والحر ، والذكر والأنثى ، والصغير والكبير من المسلمين وأمر بها أن تؤدى قبل خروج الناس إلى الصلاة
(رواه البخاري في صحيحه رقم ١٥٠٣ و مسلم في صحيحه رقم ٩٨٤)

D’après Abou Said Al Khoudri (qu’Allah l’agrée):

« Nous sortions l’aumône de rupture du jeûne un sa’ de nourriture, ou un sa’ d’orge ou un sa’ de dattes ou un sa’ de fromage ou un sa’ de raisin sec ».
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°1506 et Mouslim dans son Sahih n°985)


عن أبي سعيد الخدري رضي الله عنه قال :
كنا نخرج زكاة الفطر صاعا من طعام أو صاعا من شعير أو صاعا من تمر أو صاعا من أقط أو صاعا من زبيب
(رواه البخاري في صحيحه رقم ١٥٠٦ و مسلم في صحيحه رقم ٩٨٥)

D’après Orwa Ibn Zoubeyr, Asma Bint Abi Bakr (qu’Allah les agrée) sortait l’aumône de rupture du jeûne à l’époque du Prophète (sala Allahu ‘alayhi wa salem) pour sa famille, le libre et l’esclave, en donnant 2 moud de blé, ou 1 sa’ de dattes ou un sa’ de la nourritue qu’ils mangeaient.
(Rapporté par Tahawi et Ahmed et authentifié par cheik Albani dans Tamam Al Mina p 387)


عن عروة بن الزبير أن أسماء بنت أبي بكر رضي الله عنهما كانت تخرج على عهد رسول الله صلى الله عليه وسلم عن أهلها الحر منهم والمملوك مدين من حنطة أو صاعا من تمر بالمد أو بالصاع الذي يقتاتون به
(رواه الطحاوي و أحمد و صححه الشيخ الألباني في تمام المنة ص ٣٨٧)

Le sa’ et le moud sont des unités de mesure.
Le sa’ correspond à 4 moud.
Le moud quand à lui à la quantité que l’on peut mettre dans les deux mains lorsqu’elles sont rassemblées.

Important

Les savants sont en divergence sur le fait de sortir la zakat al fitr en argent. Il semble que l’avis correct est que cela n’est pas valable.

Cheikh Salim Al Hilali a dit dans son ouvrage Zoubdatoul Afham Bi Fawaid Omdatil Ahkam vol 2 p 746/747: Sortir de l’argent pour l’aumône de rupture du jeûne n’est pas valable pour les raisons suivantes:

– La monaie existait à l’époque du Prophète (sala Allahu ‘alayhi wa salem) et le fait qu’il l’ai délaisée est une preuve que la délaisser est une sounna. Ainsi elle n’est pas valable de cette manière car ceci aurait été possible à l’époque du Prophète (sala Allahu ‘alayhi wa salem) mais il ne l’a pas fait.

– Elle est en divergence avec les textes et tout avis, toute analogie, tout effort d’interprétation qui diverge des textes est rejeté.

– Les diverses marchandises que l’on peut sortir pour l’aumône de rupture du jeûne entraîne forcément le fait qu’il y ait une différence de prix. Ainsi le fait de fixer un prix unique n’est pas conforme à la diversité des marchandises avec laquelle la charia est venue dans le sens où la personne s’acquite de cette aumône par ce qu’il peut.

– L’aumône de la rupture du jeûne est sur les personnes et n’est pas sur l’argent, chacune de ces deux aumônes à sa catégorie et ayants-droits particuliers.

Ceci est l’avis de la majorité des savants anciens comme récents et c’est l’avis vers lequel ont penchés nos professeurs: Al Albani, Ibn Baz et Al Otheymine, qu’Allah leur fasse miséricorde.

L’imam Nawawi a dit dans Charh Sahih Mouslim vol 7 p 60: «La majorité des savants de la jurisprudence n’ont pas permis de sortir de l’argent et Abou Hanifa l’a permis»

 

Source : hadithdujour.com