Toujours sur le chapitre “La Tradition Prophétique“, une nouvelle série de hadiths sur le thème “Recommandation d’entreprendre le bien pour donner l’exemple Et avertissement d’entreprendre les mauvaises actions de crainte d’en instaurer l’usage

 

La Tradition Prophétique

Recommandation d’entreprendre le bien pour donner l’exemple Et avertissement d’entreprendre les mauvaises actions de crainte d’en instaurer l’usage

 

Nous étions chez le Messager d’Allah (sala Allahu ‘alayhi wa salem), au milieu de la journée rapporte Jarir (qu’Allah l’agrée), lorsque les expéditionnaires arriverent. Ils étaient vétus de peaux de tigres et de manteaux en lambeaux et ils tenaient leurs sabres dans leurs mains. Ils appartenaient tous à la tribu du Mudhar. Les signes de tristesse apparurent sur le visage du Messager d’Allah (sala Allahu ‘alayhi wa salem) lorsqu’il vit leur misere. Il entra alors chez lui, puis ressortit et ordonna Bilal d’appeler les gens à la priere. Une fois, celle-ci accomplie, le Prophete (sala Allahu ‘alayhi wa salem) prononça ce sermon :

(Ô hommes ! Craignez votre Seigneur qui vous a créés d’un seul etre, et a créé de celui-ci son épouse, et qui de ces deux-là a fait répandre (sur la terre) beaucoup d’hommes et de femmes. Craignez Allah au nom duquel vous vous implorez les uns les autres, et craignez de rompre les liens du sang. Car Allah vous observe parfaitement)  [Sourate al-Nisa’e (les femmes), verset 1].

(Craignez Allah. Que chaque ame voit bien ce qu’elle a avancé pour demain). [sourate al-Hachr (l’exode), verset 18]. Puis, il ajouta :

« Que chacun fasse une aumone : d’un dinar, d’un derham, d’un habit, de la mesure d’un sa’ de blé ou de dattes ». Il continua jusqu’à dire :

« faites aumones fut-ce de la moitié d’une datte ».

Un médinois (des alliés) ramena alors un sac si chargé qu’il avait du mal à le porter. Apres ceci, les gens suivirent jusqu’à ce que les dons formerent deux grands tas de nourriture et de vetements. Je vis, à ce moment, le visage du Messager d’Allah (sala Allahu ‘alayhi wa salem) rayonner de joie tel un joyaux scintillant ; et il dit alors : « Quiconque instaure, en Islam, une bonne tradition, aura l’équivalent de la rétribution de tous ceux qui la pratiqueront, sans que la leur en soit diminuée. De meme, celui qui instaure une mauvaise tradition en Islam, sera chargé de l’équivalent des fardeaux de péchés de tous ceux qui  la pratiqueront, sans que leurs fardeaux en soient allégés ».

(Rapporté par Muslem, an-Nasa’i, Ibn Maja et al-Tirmidhi) (page 37)

 

Hûdayfa (qu’Allah l’agrée) rapporte que du temps du Prophète (sala Allahu ‘alayhi wa salem), un homme mendiait, mais personne ne lui donna la charité, jusqu’à ce que quelqu’un le fit. Ainsi les autres (suivirent son exemple) et lui donnèrent la charité. Alors le Prophète (sala Allahu ‘alayhi wa salem) dit : “Quiconque instaure un bon usage sa récompense augmentée de l’équivalent des récompenses de tous ceux qui le suivront, sans toutefois que les leurs en soient diminuées. Quiconque instaure un mauvais usage, aura son fardeau (de péchés) augmenté de l’équivalent des péchés de tous ceux qui le suivront, sans toutefois que les leurs en soient diminués.”

(Ahmad, al-Hakem et Ibn Maja) (page 38)

 

Ibn Mas’ud (qu’Allah l’agrée) rapporte que le Prophète (sala Allahu ‘alayhi wa salem) a dit :

“Il revient au fils d’Adam (Caïn) une part du péché pour toute personne tuée injustement. Parce qu’il est le premier à avoir instauré le meurtre”.

(Rapporté par al-Bukhari, Muslem et at-Tirmidhi). (page 38)

 

D’après Wathela Ben al-Asqa’ (qu’Allah l’agrée), le Prophète (sala Allahu ‘alayhi wa salem) a dit :

“Quiconque instaure un bon usage ne cessera d’en être récompensé durant sa vie et même âpres sa mort jusqu’à ce que cet usage soit délaissé. Quiconque instaure un mauvais usage ne cessera d’en être chargé de péchés jusqu’à ce que cet usage soit délaissé. Quiconque meurt au front (face à l’ennemi), en sera récompensé comme s’il affrontait l’ennemi jusqu’au jour de la Résurrections”.

(Rapporté par at-Tabarani)